Construisez facilement vos enceintes acoustiques de très haute qualité !

Enceintes François H.

Red hot blues

  • Liens sponsorisés



11-10-2019 à 06:20:13
M'sieur M'sieur, ça peut être gentil un Viking??? Ah ben non mon p'tit, même quand ils font du blues ils font peur aux enfants!
Regarde donc Bjorn Berge: Norvégien, 2 mètres de haut, tignasse de barbare, air renfrogné, voix de mec-qu'il-faut-pas-le-chercher, et surtout une six-cordes en guise de hache.

Il remonte régulièrement les fleuves du blues (en "Monkey ship" peut-être) pour venir fracasser les fragiles caboches pop-rock au petit matin. On appelle ça un raid éclair ("Speed of light"), avec usage de force aveugle (mériterait son surnom de "Mr. Bones"). De la musique puissante, dressée au nerf de bœuf, du blues-rock bien musclé, un vrai truc de mec; on dirait un croisement un croisement entre Metallica et Clapton (au pif: "Ginger brandy wine")!

Bah mon garçon, faut pas trembler comme ça, il sait être presque tendre le sauvage ("Bitter sweet", "The calling"), et si t'es gentil il va même faire venir ses copines pour esquisser quelques pas de danse, mais je suppose que ce sera en fin de journée, après le massacre ("The sun's going down").
Et alors en effet, qui restera vivant à part toi, hein, "Who Else"???!

Allez, mettez le disque sur la platine, ce sera pas trop dangereux, juste vivifiant cet air d'hiver brutal.


"Ginger brandy wine": https://www.youtube.com/v/cKB9y3nV6co
"Mr. Bones": https://www.youtube.com/v/pD-0DbCWMYA
Extraits: https://www.amazon.fr/Who-Else-Bj%C3%B8rn-Berge/dp/B07MZH7R2D/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&keywords=bjorn+berge&qid=1570631635&sr=8-1
25-10-2019 à 07:45:27
Et pendant ce temps-là en France??

Et bien Awek est toujours (bien) vivant ("Here I am again")! Le quatuor de vétérans toulousains restent fidèle au blues et au swing, salué par les critiques de "là-bas" aussi, ce qui n'est pas fréquent.

Toujours envie de faire la fête dans ce "Let's Party Down", double-album avec une première partie classique et une seconde qui retrace en partie les interprétations live depuis une vingtaine d'années.
Un 1er Cd dans lequel ils invitent avec fierté des artistes US, comme Chris Burns, Kid Andersen, Bob Welsh ou Rusty Zin.

Ça tourne comme une Studebaker des belles années, avec style, brio et bonne humeur, dès l'attaque "Every time". Alors bien sûr ce type de disque move your ass ne prétend en aucune manière défricher des terres inconnues, mais il défrise tout de même, pour peu qu'on pousse le volume. "Feel so good" qu'ils chantent, tu m'étonnes!!
On appréciera le franglais de "Oh chérie", et puis le fait que les titres en live ne se traînent absolument pas ("A place where I can hide"), en sachant aussi plonger dans le blues profond et douloureux ("Telephone blues", "Sweet little angel").

Au final un double-CD classique mais au combien bien foutu, généreux, sans faiblesse mais avec inspiration et expressivité. Un groupe qui aurait dû être encore plus connu et reconnu par chez nous, mais il est encore temps...

"Oh chérie": https://www.youtube.com/v/R5fLwPexT40
"A place where I can hide": https://www.youtube.com/v/eKBOrUjZajY
Extraits: https://www.amazon.fr/Lets-Party-Down-Awek/dp/B07PGQLHCC/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&keywords=awek&qid=1571050853&sr=8-1
01-05-2020 à 10:41:24
J'ai ressorti ma vieille Chevrolet, même si j'ai dû virer le foutoir qu'était stocké dessus, et avec l'aide du gamin on l'a poussée jusqu'au début de la pente. Ensuite à l'ancienne: elle a roulé mollement des mécaniques en prenant un peu d'vitesse, et le bon vieux V8 s'est mis à gronder.
Dans le rétro j'ai vu la poussière masquer la maison et mes problèmes ("Left me with a broken heart"), j'ai calé mon coude à la fenêtre, dit bonjour au vieux Steve au bord de la route, et puis je crois que j'ai souri tranquillement à mon chien qui matait le paysage à côté de moi ("Let's get together" p'tit).

C'était parti pour un tour, vers nulle part, mais là au moins j'étais vivant et cet espace devant moi m'appartenait, comme tous les espoirs que j'avais quand j'étais jeune ("The gypsy woman told me").
La radio balançait du blues, à l'ancienne comme moi, et c'était tout simplement bon, avec cette pique de douleur agréable qu'on appelle la nostalgie chez ceux d'la ville ("I got the same old blues", ouais c'est ça mec). "Keep A-driving" que ça chantait aussi, tout à fait ça tiens! Même l'harmonica pleurait pour moi ("Imagination").
Le type de la radio a dit qu'on avait apprécié John Primer & Bob Corritore, puis a envoyé quelques derniers morceaux qui nous ont tenu compagnie jusqu'au bord de la rivière. Là j'ai regardé les rapides qui scintillaient vers le Sud, et la voix du mec chantait "Walking the back treets and crying".
J'ai fini par passer la marche arrière pour m'en aller retrouver les traces de mon passé, pas très loin finalement: l'allait falloir raconter que j'avais vu des potes et qu'on s'était bien marrés ("Gambling blues"), avant de réintégrer le garage, ma Chevrolet, mon chien et moi.

C'est ma vie, c'est la vôtre p't'être; heureusement que le vieux blues est toujours là...

"Keep A-Driving": https://www.youtube.com/v/kr5GQDaU3Ss
Extraits de "The Gypsy Woman Told Me": https://www.amazon.fr/Gypsy-Woman-Told-Primer-Corrit/dp/B084Z5BGR4/ref=sr_1_1?dchild=1&pf_rd_i=541640&pf_rd_m=A1X6FK5RDHNB96&pf_rd_p=8bc25e92-eccb-45b9-9780-69d6ef1e2d6a&pf_rd_r=K54FPGXJA8W0SSE1BBYM&pf_rd_s=merchandised-search-leftnav&pf_rd_t=101&qid=1588322134&refinements=p_69%3A4x-2y&rnid=301164&s=music&sr=1-1
25-07-2020 à 18:50:55
One man band; le moins que l'on puisse dire c'est que cette formule colle très bien à la période... et à Seasick Steve!

Le "vieux" a toujours la santé, lui, et cela fait du bien de l'entendre dire, même si le temps passe ("Clock is running"). Pour ceux qui ne connaissent pas, Steve fait penser à un Billy Gibbons rural: même barbe, même voix râpeuse, parfois les mêmes lunettes de soleil, mêmes rythmes bien cuits au soleil (évidemment "Ain't nothin' like the boogie", ou "Love & Peace" par exemple). En revanche il tient à se rattacher à la terre, à ses paysages, à ses plaisirs à l'ancienne ("Toes in the mud", "Church of me", ou bien le cirque dans "Carni days").

Peut-être l'influence directe du confinement sur la production: Steve est très souvent seul avec sa voix et sa guitare, ce qui s'accorde finalement parfaitement à la sonorité brute de cet album. Il joue là juste devant nous, et les cordes vibrent profondément sous ses doigts. Un album qui fait aussi remonter une forme de mélancolie très blues justement, comme dans "Mercy" ou "I will do for you", mais sans la moindre mollesse.

Un "Love & peace" qui semble donc assez loin des visions triomphalistes d'un Trump, à échelle très humaine. A noter que la tournée de Seasick Steve a logiquement été repoussée d'un an par rapport aux dates initialement prévues, mais on espère pouvoir s'imprégner longtemps de la sincérité de cet old man qu'aurait pu aussi chanter un Neil Young dans ses jeunes années.

"Church of me": https://www.youtube.com/v/ougzksghlQQ
"Love & peace": https://www.youtube.com/v/FbtiFH_NEN0
"Carni days": https://www.youtube.com/v/WRL8wuZcqcw
18-09-2020 à 17:32:00
‌Prions pour nos âmes et d'abord pour une bonne tranche de vie avec le Reverend Shawn Amos.

Un blues mâtiné de soul et de gospel, toujours lumineux et dynamique. Le New-Yorkais nous amène à fréquenter une Eglise dont la recherche des bonheurs terrestres ne rime pas avec ascétisme, parfaitement illustrée par "(What's so funny 'bout) Peace, love and understanding".
En bon croyant des recettes qui ont fait leurs preuves, Shawn Amos utilise orgue Hammond et guitares bien blues ("Hold hands", "Digging my potatoes"). L'est sympa not' révérend, mais il n'oublie pas de flinguer électoralement sans le nommer un certain pensionnaire de la Maison Blanche, en appelant à se réveiller ("2017"), à rester unis ("(We've got to) Come together"), en s'interrogeant sur ceux qui comptent vraiment ici-bas ("Does my life matter"), mais sans laisser la haine et la peur remplacer la solidarité ("Hold hands"). C'était inévitable, l'atmosphère sociale très particulière aux States devait ressortir de la musique aussi.
A signaler aussi une jolie reprise de "The Jean Genie".
Un album aux morceaux contrastés et délicieusement à l'ancienne, comme la pochette classe de ce "Breaks It Down". Un disque qui donne le sourire, qui nous incite à croire dans (le retour) des beaux jours... et à redevenir croyant!!

Le plus récent album "Blue Sky" est pas mal, mais il n'a à mon avis pas la grâce féline de celui-ci, mais c'est vous qui voyez.

Ecoute en direct dans sa chapelle: http://www.shawnamos.com/therev-breaks-it-down
  • Liens sponsorisés