Construisez facilement vos enceintes acoustiques de très haute qualité !

Enceintes François H.

Hauts Rocks et autres bestioles

  • Liens sponsorisés



24-07-2019 à 17:59:19
Hug!:
François








Visitez le site de François H. , concepteur d'enceintes acoustiques de très haute qualité : http://francois.h.pagesperso-orange.fr/
30-08-2019 à 19:26:37
California girrrrrrls en vue! The Regrettes viennent bien de Los Angeles et n'intègrent qu'un seul garçon dans leur quatuor, mais leur musique aux accents rock voire punk est caractérisée par la voix délicieusement fêlée de Lydia Night (exemple: "Coloring book"). Dans une écoute en aveugle on imagine une fille du genre fouet et pas forcément toute jeune ("Dead wrong" par exemple), d'autant que si les intonations pop sont aussi présentes ("I dare you", "Here you go"), elles sont musclées par une expression presque râpeuse, rageuse à l'occasion ("Pumkin", "Dead wrong", "Has it hit you?").
Un deuxième album, "How Do You Love?", marqué par une certaine homogénéité des compositions, avec une écriture fluide et agréable, qui pourra déplaire aux amateurs de rock sans concession ou à l'indie-pop confidentielle, mais déjà trop rock pour ceux qui apprécient la fluidité de la pop.

C'est typiquement le genre d'album qui éveille en vous des souvenirs d'insouciance, de jeunesse éventuellement, de musique associée au soleil et à l'optimisme, pour frapper en rythme votre volant et balancer la tête, même si vous êtes seul à connaître le groupe et qu'il ne passera que très rarement sur les ondes/flux.

...La surprise est tout de même assez grande de découvrir notamment Lydia Night, d'apparence si juvénile et au physique très avenant. De quoi éventuellement vous donner une fâcheuse idée préconçue sur le type de musique que contient la galette; laissez tourner et appréciez The Regrettes et ses riot girrrrls. Un disque d'été mais pas seulement.

"I dare you": https://www.youtube.com/v/WOgQpjARYyc
"California friends" logiquement: https://www.youtube.com/v/FoX8YjQCR5I
Extraits: http://www.google.cohttps://www.amazon.fr/How-Do-You-Love-Explicit/dp/B07SC58FHK/ref=sr_1_11?pf_rd_i=541640&pf_rd_m=A1X6FK5RDHNB96&pf_rd_p=8bc25e92-eccb-45b9-9780-69d6ef1e2d6a&pf_rd_r=YE03PTKMZ61A0W2ZBSSS&pf_rd_s=merchandised-search-leftnav&pf_rd_t=101&qid=1565331665&refinements=p_69%3A4x-2y&rnid=301164&s=music&sr=1-11m/
06-09-2019 à 16:42:09
Certains prennent des bains de guitare comme on en prend de moteurs à l'ancienne: sans filtre, sans chichis, bruts, en mode analogique.
C'est exactement le cas de la réédition des New-Yorkais d'Endless Boogie: "Vol. I, II", alias the black album.
Un son qui semble vraiment avoir été bricolé dans leur garage, avec cette distance typique d'une interprétation en direct live, dès "Outside of my mind".
Les cordes se tordent, le rythme s'accélère à peine; on se croirait dans quelque concert surgi des 70s'.
La voix? Pas exactement prête pour les succès à fredonner, plutôt un chant proche de la transe chamanique du chevelu de service, Paul Major, qui rappellera le vieux copain néanderthalien aux plus anciens d'entre vous (exemple: "Came wide, game finish")!
Des morceaux entre le chaos confortable du son métallique ("Dirty angel" entre autre) et la méditation post-party ("Morning like dirt"), qui s'étirent de plus en plus loin des standards commerciaux, comme ce très relativement court "Outside of my mind" (8'51 tout de même...).

Bref, Gggrrrrrrôôôgnnneuââârrrrrrrr!!!

Douceur brute de "Morning like dirt": https://www.youtube.com/v/NfRSin9wVrc
Ecoute intégrale: https://endlessboogie.bandcamp.com/album/vol-i-ii
13-09-2019 à 22:05:45
Le professeur D. Cibel ne réussissait pas toujours ses opérations de rétromusiqueur, mais en général il connaissait la recette pour ressusciter au moins les ambiances d'avant.
C'était encore une fois le cas avec ce parfum des années 50, cette voix un poil nasillarde, comme celle de la vieille radio. Et puis bien sûr le rythme et les guitares, la batterie légère comme à l'époque.
Le professeur avait juste fait une bourde en intégrant l'ensemble loin de ses bases du Mississippi; la Suède!!

Mais si on ne le savait pas on pouvait complètement se lover dans la douceur de cette musique faite pour le cruising sympa, avec le décor vintage du bar au bord de la route, là-bas.

Pour le nom difficile de se la jouer viril et tout à fait sérieux, alors Kokomo Kings c'était pas mal. Et puis comme les 50s' s'accordaient bien avec les somptueux gouffres à carburant chromés, la pochette de "Fighting Fire With Gasoline" faisait du clin d'œil aux postes à essence.

Le professeur se laissa tomber dans le fauteuil en cuir, face à sa nouvelle créature, et décida que c'était le bon moment pour ouvrir une bouteille de bourbon en tapant du pied; la soirée s'annonçait bien!

Extraits: https://www.amazon.fr/Fighting-Fire-Gasoline-Kokomo-Kings/dp/B07SXVF4GW/ref=sr_1_3?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&keywords=kokomo+kings&qid=1568404890&s=music&sr=1-3
  • Liens sponsorisés