Construisez facilement vos enceintes acoustiques de très haute qualité !

Enceintes François H.

Soul et autres mouvements

  • Liens sponsorisés



29-03-2019 à 18:37:04
Trop classe, trop beau, trop aérien, mais pas trop méconnu Marvin.
Marvin Gaye buvait donc directement à la source de l'inspiration divine lorsqu'il devait sortir ce "You're The Man" en 1972, qui sort enfin aujourd'hui.
Le risque était que cet album "perdu" fasse ses artères, dépassé, petit-bras, dispensable quoi. Et là on reste bouche bée devant la qualité de ces titres; frais comme le sourire que le grand Marvin devait savoir adresser à ses compagnes nocturnes, au petit matin lorsque la sensualité se drape de sentiments et de tendresse.
Alors effectivement on objectera que justement certains morceaux portent fièrement la conscience sociale et politique, voire la douleur dans une Amérique pas tendre avec tous: "You're the man", "The world is rated x", "Where are we going?" ou "I want to come home for christmas". Seulement voilà, même à ces occasions-là la voix est superbe, le rythme chaloupé, la mélodie séduisante, l'esprit de la soul parfaitement coulé dans un corps de rêve.
Et puis comme Marvin a peu d'égaux dans le domaine de la persuasion câline, on retrouve les envolées comme "We can make it baby", "Try it, you'll like it", "Symphony" et tant d'autres. On pourra pressentir les autres albums de l'artiste, jusqu'au dernier "Midnight Love", 10 ans plus tard.

Tous les plaisirs de la chair transcendés par la conscience; presque une définition de la soul. "You're The Man" constitue un parfait exemple de retour vers le passé totalement réussi, et c'est rare!

"I'd give my life for you": https://www.youtube.com/v/Kja5NYMog8s
"Piece of clay": https://www.youtube.com/v/C8SMVMqrjB8
Extraits: https://www.amazon.com/Youre-Man-Marvin-Gaye/dp/B07ND1GZ48/ref=sr_1_1?crid=30P507ZYTHAZP&keywords=marvin+gaye&qid=1553862823&s=music&sprefix=marvin%2Cundefined%2C692&sr=1-1
24-05-2019 à 19:36:11
"Life On Planet Groove" par Maceo Parker: un de ces albums live incontournables… mais néanmoins "revisitables".
La preuve avec la sortie de la version "Revisited" pour fêter les 25 ans du disque original (et les 75 ans de l'artiste).
Trois intérêts: la qualité du son avec des bandes master redécouvertes et/ou mieux digitalisées, un DVD en plus pour voir Maceo et ses indispensables acolytes en action, mais aussi 5 titres de plus.
Le son de ce que l'on connaissait déjà? C'est assez déconcertant: les basses sont moins an avant, moins rondes que dans l'édition originale, en revanche les voix et les instruments en général sont nettement plus incarnés, plus au premier plan et plus naturels. Pour résumer cela donne un effet plus live...et justement plus vivant.

Les titres bonus du deuxième CD? Et bien ils confirment exactement ce que la pochette originale promettait et que Maceo Parker annonce dès les premières mesures: 2% jazz, 98% funk… mais très nettement plus jazz dans ces nouvelles plages.
Ça balance, ça chauffe, ça ondule, ça groove quoi! "For the elders", "Chicken" et "Cold sweat" envoient la sauce, propulsés par la section cuivre, avant donc de se faire très jazzy sur "Hamp's boogie woogie", et surtout sur l'hommage à Marvin Gaye "Let's get it on".
Et comme les musiciens se sentent bien ils n'expédient pas leurs morceaux en 3 minutes chrono, mais se lâchent sur 8 à 13 minutes de solos et de dialogues cuivrés; bref y a bien de la "vie" sur cette planète groove!

Extraits: https://www.amazon.com/Life-Planet-Groove-Revisited-Dvd/dp/B077Y87DSV/ref=sr_1_1?keywords=Life+on+Planet+Groove+Revisited&qid=1554972180&s=music&sr=1-1-catcorr
07-06-2019 à 18:40:10
Alors, les fils et petits-fils de la Soul, toujours bien vivants? Capables de réinventer le genre?
Faut croire que oui si on se baigne dans le monde de Mourning [A] BLKstar: une Soul mariée à l'électro ("Anti anthem remix" en entrée, ou "Sweet oil" plus loin), qui ne renie rien des glorieuses 60s' et 70s' ("Harlem river drive OG", "At the wall") en y intégrant ces sonorités qui feront tiquer les partisans du matching numbers musical.

Il y a plus d'aventure dans ces titres aussi aériens qu'engagés que dans de vaines recherches stylistiques sans âme. Faut dire que comme les grands anciens du genre on évoque frontalement mais avec élégance le (mauvais) sort de ceux qui ont eu le malheur de naître trop sombres dans les rues des ghettos de Cleveland ou d'ailleurs. Même le nom de la formation est très explicite: mourning/deuil. Pas vraiment là pour jouer les nègres danseurs de service!

Comme naguère les enfants et petits-enfants de Marvin, Barry et Maurice, savent faire très fluide et léger en apparence, comme sur ce "Harms" qui pourrait donc venir à la fois des soulmen séducteurs ou d'Earth Wind And Fire. On appréciera la superbe voix féminine de LaToya Kent et celle râpeuse de James Longs, comme sur ce presque mystique "Situations".
Parmi les références on pourra se dire que "Hold me" aurait pu très bien être dans la bande originale de "Django Unchained" de Tarantino, pour la forme comme pour le fond.
A la fin "Star" rappelle les sources gospel de la soul, sonnant comme un doux clin d'œil au passé.

Un "Reckoning" donc magnifique et très recommandable pour ceux qui veulent du talent et du cœur.

"Feels" délibérément voilé: https://www.youtube.com/v/uExZ3qXKEaU
Ecoute intégrale chez Bandcamp: https://mourningablkstar.bandcamp.com/album/reckoning-2
09-08-2019 à 10:36:01
Dès les premières secondes d'écoute en aveugle on pense évidemment à Otis Redding, avec cette voix presque éraillée qui part dans les aiguës, d'autant que les instruments (cuivres notamment, mais aussi guitare et orgue) dessinent le même paysage familier. Il faudra attendre le septième morceau ("So caught up") aux arrangements très actuels pour que le doute vous fasse poser la question de l'origine véritable de ce groupe, les Teskey Brothers.

De la soul bien sûr, aux accents mélodiques déchirants (au hasard "Carry you" ou "Rain"), avec cet entrain typique du style ("Man of the universe"), influences gospel incluse ("Hold me").
Autant dire que l'on n'est pas peu surpris de découvrir le physique des artistes: blancs et Australiens de Melbourne! On évitera de penser aussitôt à du plagiat, car c'est d'évidence un hommage aux grands musiciens noirs-américains des 60s' que représente ce disque.

Ce "Run Home Slow" ne révolutionne rien mais se laisse écouter avec plaisir comme une œuvre authentiquement venue d'il y a 60 ans, c'est déjà ça.

"Caught up": https://www.youtube.com/v/WGcO3JFn0rE
"Man of the universe": https://www.youtube.com/v/jl3wOnDdX-w
Extraits: https://www.amazon.fr/Run-Home-Slow-Teskey-Brothers/dp/B07QZ4RXDT/ref=sr_1_1?pf_rd_i=541640&pf_rd_m=A1X6FK5RDHNB96&pf_rd_p=8bc25e92-eccb-45b9-9780-69d6ef1e2d6a&pf_rd_r=1YGN55A6Q4TV4SMRP59B&pf_rd_s=merchandised-search-leftnav&pf_rd_t=101&qid=1564746065&refinements=p_69%3A4x-2y&rnid=301169&s=music&sr=1-1
  • Liens sponsorisés